Spinner


POURQUOI LES COMPAGNIES D’INTERNET OUVRENT-ELLES DES BOUTIQUES PHYSIQUES ?


E-commerce vs boutiques traditionnelles

Ces dernières années, le commerce électronique est devenu une révolution imparable dans le monde des affaires. Chez Urbinium la question se pose de savoir si une marque peut faire des affaires exclusivement en ligne ou s’il est nécessaire pour sa croissance d’avoir des boutiques physiques.

En analysant les points à faveur de la vente en ligne il est facile de se rendre compte qu’il y a de nombreux points positifs qui amènent des chefs d’entreprise à se décider pour ce modèle d’affaire. L’élimination de barrières géographiques pour le client, les avantages compétitifs par rapport au commerce traditionnel, la possibilité de lancer des campagnes spécialisées au moyen de la segmentation des clients, les perspectives d’élargissement du champ d’activité et le faible investissement concernant les infrastructures sont des éléments clés à travers du réseau.

Il est indéniable que l’e-commerce a provoqué des changements considérables dans les habitudes des consommateurs de classe moyenne. Malgré tout, il y a des éléments qui ne changeront jamais. Le client veut pouvoir essayer personnellement l’article qu’il achètera, il a besoin de poser des questions et d’être informé par un expert pour être rassuré et rendre plus crédible le produit. Généralement certains consommateurs n’ont pas confiance et ont des difficultés à l’heure de payer de façon virtuelle. D’autres ne sont pas convaincus par les plateformes de diffusion ou les intermédiaires.

De nombreuses marques ont misé sur une expansion des boutiques physiques et des boutiques en ligne en même temps. La cyberboutique est une vitrine où de nombreux consommateurs utilisent leurs smartphones pour chercher des informations, des appréciations sur les produits pour finalement acheter les produits dans les boutiques traditionnelles. Cependant, il y aussi le client qui essaye le produit dans la boutique physique pour finalement l’acheter sur le net. Pour ce deuxième acheteur il est nécessaire que la marque soit présente en dehors du réseau pour se faire connaître et augmenter les ventes en ligne.

Comme exemples, la marque de lunettes Hawkers, qui dans ses débuts, vendait ses lunettes à travers internet arrivant à une facturation de 60 millions d’euros en 2016, a implanté sa première boutique physique à partir de 2017 et prévoit d’en ouvrir six autres. Un autre exemple plus connu est celui de la marque Amazon qui, à Noël de l’année dernière, a ouvert sa première boutique physique et prévoit d’en ouvrir 400 autres.

Ce qui nous amène à penser que les boutiques virtuelles sont un grand support pour les boutiques physiques et ces dernières un grand support pour les boutiques virtuelles. Ce processus de feedback constant est positif pour le développement des marques. La preuve est la demande constante des marques. En dépit de l’existence des boutiques en ligne, difficilement celles-ci pourront remplacer le commerce traditionnel. La demande continue des marques et chefs d’entreprise qui sollicitent notre aide dans la recherche de leur local idéal, en sont un bon témoignage.